Protection de la diversité

Engagements et philosophie

Feuilles de vigne

Les Côtes du Rhône s'engagent à protéger la biodiversité

Des ruches dans les vignes

Les pollinisateurs sauvages ou domestiques, comme les abeilles*, omniprésentes sur le territoire, sont essentiels à la biodiversité.

Si la vigne est auto-pollinisatrice, les insectes pollinisateurs participent à près du tiers de la fertilisation des cultures destinées à notre alimentation, dont 80 % des cultures européennes. Un service gratuit évalué à 10 % du chiffre d’affaires de l‘activité agricole mondiale.

Le syndicat des Côtes du Rhône apporte son soutien à l’Observatoire d’Apidologie (OFA) et dans le cadre d’un partenariat, un rucher test est installé sur son domaine expérimental de Châteauneuf-de-Gadagne.

Le domaine La Luminaille* à Rasteau participe à cette expérience.

Avec 15 ha de vignes et un verger d’oliviers conduits en agriculture biologique sans insecticide, Julie Paolucci et Nicolas Bres ont introduit les abeilles dans les vignes en 2018 après qu’un des essaims sauvages présent sur le domaine se soit installé dans un tilleul. Depuis, ils ont installé 10 ruches à l’abri du vent et à l’ombre d’un verger de fruitiers jouxtant le vignoble. Ils ont également semé des engrais verts pour diversifier la flore, conservé les haies et les jachères afin de multiplier les colonies d’abeilles. Laissant faire la nature à son rythme, Julie et Nicolas récoltent chaque année environ 10 kg de miel toutes fleurs par ruche.

Certains domaines, possédant déjà des ruches, vont plus loin en optant pour des ruches connectées à des balances qui permettent de suivre l’activité des abeilles en temps réel.


* https://www.vins-rasteau.com/5241-des-ruches-dans-les-vignes/

* il existe 1000 sortes d’abeilles et contrairement aux idée reçues, 80 % d’entre elles sont solitaires.

Mise en place d'une charte paysagère

La charte paysagère s’inscrit dans une démarche globale de valorisation du patrimoine vert et bâti.

C’est un ensemble de mesures vertueuses fondé sur l‘adhésion volontaire des viticulteurs à cultiver mieux en appliquant des pratiques culturales durables.

Maintien des structures végétales caractéristiques du vignoble, tournières (bordures de parcelles) enherbées, jachères fleuries, haies entretenues ou plantées de chênes, jujubiers, amandiers et autres essences endémiques. La finalité est de participer à l’épanouissement de la biodiversité.

C’est aussi choisir un matériel adapté aux nouvelles pratiques: piquet en bois, matériel viticole plus performant, diminution des intrants pour éviter qu’ils ne se retrouvent dans les sols et les nappes phréatiques.

Plus largement, c’est aménager les abords des hangars viticoles, restaurer le patrimoine vernaculaire comme les cabanons, les restanques et les murets en pierre, dans le respect de l’identité régionale. C’est encore conserver les chemins, les sentiers et maintenir la pression foncière en y associant les acteurs de la vie publique et institutionnelle, les aménageurs et les syndicats viticoles. Plus que des travaux d’embellissement, c’est préserver l’intégrité d’un territoire.

Lancée en 2014, la Charte Paysagère Environnementale des Côtes du Rhône a été signée par 98 mairies, 7 communautés de communes, 6 Chambres d’agriculture, de nombreux élus et organismes publics et privés. Parmi les nombreuses actions menées depuis la mise en œuvre de la Charte, 1000 rosiers furent plantés en 2017 à Sainte-Cécile-les-Vignes, AOC Côtes du Rhône Villages.

 

Source : Syndicat des Côtes du Rhône

Observer la biodiversité

En écologie, la biodiversité désigne l’ensemble des espèces présentes dans un écosystème donné.

Soucieux d’évaluer l’action de l’Homme dans la culture de la vigne pour favoriser le développement de la flore et de la faune, le Syndicat général des Côtes du Rhône signe en juillet 2019 une convention tripartite avec l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) et l’Institut Français de la Vigne et du vin (IFV).

L’observatoire vise à fournir des informations et à les mettre en perspective afin que les agriculteurs puissent bénéficier des résultats d’une expérience collective et reproduire ce qui contribue à améliorer la biodiversité.

C’est le sens des mesures agro-environnementales portées en juillet 2016 par Philippe Pellaton, alors Président du Syndicat des Côtes du Rhône qui, à travers le plan stratégique environnemental des AOC Côtes du Rhône, veut imposer la limitation drastique du désherbage chimique et introduit la certification Haute Valeur Environnementale (HVE).

Des mesures concrètes qui confortent les conventions signées en juillet 2019 avec l’Observatoire Français d’Apidologie, la Ligue de Protection des Oiseaux Paca, Groupe Chiroptères de Provence, Centre Ornithologique du Gard et le Naturoptère à Sarrians. A ce jour 70 vignerons, 4 chambres d‘agriculture, des techniciens en viticulture, des Organisations de Défense et de Gestion (ODG) se sont engagés aux côtés de ces associations pour le maintien de la biodiversité.

Dans le même temps le Syndicat des vignerons des Côtes du Rhône questionne ses adhérents sur leurs attentes en matière de biodiversité. 250 d’entre eux y répondent et aujourd’hui, 76 vignerons suivent une formation complète sur la biodiversité et son application en viticulture avec les Chambres d’agriculture d’Ardèche, Drôme, Gard et Vaucluse. Actuellement, 5 protocoles sont en cours ciblant 4 groupes d’invertébrés terrestres et d’insectes : les vers de terre, les papillons, les pollinisateurs (abeilles, bourdons, guêpes, fourmis …), les escargots et les limaces, et les chauves-souris. Pour étudier ces populations, les viticulteurs implantent des abris qui vont faciliter leur installation et donc leur comptabilisation.

Sous l’impulsion du Syndicat local de Chusclan, une dizaine de vignerons installent des nichoirs à chauves-souris et mésanges, autres auxiliaires amateurs d’insectes diurnes et nocturnes: l’idée est d’apporter le gîte là où il y a le couvert!

Pour Gilles Chinieu, Domaine la Romance à Chusclan, comme dans les quelque 70 domaines équipés par la société Agri Nichoirs en la vallée du Rhône, « le résultat est très encourageant car les populations de chauves-souris et de mésanges se développent ».

Veuillez entrer votre année de naissance.

Pour visiter notre site, vous devez avoir l'âge légal pour acheter et consommer de l'alcool selon les lois de votre pays de résidence, et aussi vous acceptez nos conditions générales d’utilisation, notre politique de confidentialité et notre politique de cookies. S'il n'y a pas d'âge légal pour consommer de l'alcool, vous devez avoir 21 ans ou plus.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.
À consommer avec modération.